« Que vos choix reflètent vos espoirs et non vos peurs » sélection CULTURE

« Que vos choix reflètent vos espoirs et non vos peurs »
Nelson Mandela.

Je souhaitais commencez mon édito par les mots tellement salvateurs de cet homme d’exception qu’est Mandela. Aujourd’hui, à la veille progressive du déconfinement, on voit, on entend la peur, la défiance guider les pas de ceux qui ont perdu courage, confiance en eux et en l’humanité.
Nous allons nous réveiller d’un sommeil, nous allons rouvrir nos portes et nos fenêtres. Bientôt… Quand ? Pour combien de temps ? Ces questions inquiétantes, cette vision sans couleur, nous effraye et c’est bien normal. Mais quel est l’homme, la femme, l’enfant qui à l’aube du monde, à commencement d’un chemin peut dire ce qu’il adviendra de lui ?
Nous oublions souvent que notre vie est éphémère que notre monde est chancelant. Que la vie côtoie la mort en toute impunité. Cette crise nous le rappelle. Elle nous raconte aussi une chose étonnante, sur nous, l’humanité du 21ème siècle a choisi de sauver des vies au profit de la productivité. Il y a cent ans, 500 ans, 1000 ans ce n’était pas le cas. Pour la première fois nous avons ensemble voulu cela ! Nos démocraties, imparfaites certes, nos institutions, parfois humiliante, il est vrai, nous ont permis de tenter ensemble cet élan de solidarité. Il nous reste encore une longue route à faire sur cette voie, mais nous savons qu’elle est praticable.
Projetons nos espoirs, vivons sans parier ou prédire. VIVONS !
Déborah Banoun

Cette semaine encore, un peu des ateliers de L’Annexe, chez vous :

« Dansez, dansez, dansez… sinon nous sommes perdus! » sont les mots emblématiques de Pina Bausch, chorégraphe allemande qui a modelé le monde de la danse contemporaine tel qu’on le connait aujourd’hui, pionnère du style Théâtre-danse.
Et comme nous célébrons en ce moment les « Jours Internationaux de Danse » partout dans le monde, Stéfania vous invite a découvrir une des dernières chorégraphies réalisée par cette figure incontournable: « The Season’s March » (La Marche des Saisons). Alors, n’ayez pas peur, cette phrase chorégraphique est très simple, agréable à faire, et s’adresse a tout le monde : petits et grands !

Vous pouvez également trouver cette danse dans le film Pina realisé par Win Wenders en 2011, un hommage à la chorégraphe, tourné apres son décès, et présentant un grand nombre de reprises de ses choregraphies filmées dans des lieux originaux.
Voici la musique sur laquelle Pina a imaginé sa choregraphie (Louis Armstrong – West End Blues) et dansez, dansez, dansez… sans craindre le virus de la danse…. sinon nous somme perdus!

Sylvain Menard, artiste de la Cie Jetzt, professeur de Théâtre enfants et des stages marionnettes à L’Annexe, vous offre un tutoriel pour réaliser en famille vos propres personnages « façon Muppet ».
Regardez les vidéos des Newsletters précédentes pour réaliser votre marionnette de base, pour l’habiller et lui confectionner des cheveux. Dans cette 3ème partie, Sylvain vous propose de fabriquer une paire de lunettes et un noeud papillon pour votre marionnette.

Pour s’y retrouver parmi la quantité de propositions mises à disposition sur le Web, l’équipe de L’Annexe sélectionne désormais chaque semaine pour vous plusieurs perles culturelles.

A regarder – Notre sélection des spectacles disponibles gratuitement en version intégrale cette semaine :

Pour les adultes : «Une maison de poupée», de Henrik Ibsen, Stéphane Braunschweig (Théâtre)
« Une maison de poupée » montre une société dans ce qu’elle a de bloqué, de conformiste, une société qui ne génère pour ainsi dire qu’un système de conservation d’elle-même. L’écriture de la pièce est un geste de colère contre le monde comme il va – on trouve dans « Brand » la même colère. Si on peut monter la pièce aujourd’hui, alors que la relation de Nora avec son mari a des aspects désuets, c’est aussi parce qu’on y découvre ce monde où on ne parle que d’argent, d’ambition sociale, d’enrichissement – un monde du salut par l’argent, où il n’y a pas d’autre dieu, d’autres valeurs. » Pour découvrir le spectacle

« Jaz » de Koffi Kwahulé, mise en scène Alexandre Zeff (code EVASION20)(Théâtre)
« Avec JAZ, Koffi Kwahulé va à l’essentiel de ce qui fait sens pour lui et glisse vers le poème musical choc. JAZ est le récit d’un viol, où la parole devient un exutoire, l’acte nécessaire à une certaine forme de libération ; un chant tragique où toute la violence du monde vient frapper la beauté et l’innocence de l’être. Art transculturel, le jazz exprime les grandes émeutes des ghettos des villes industrielles ; l’oppression raciale ; la tyrannie de la misère ; les vies non respectées. La révolte s’impose alors à soi avec la fierté d’être au monde.» Pour découvrir le spectacle

« En route, Kaddish », texte et mise en scène David Geselson (Théâtre)
Nos mythologies familiales nous habitent. David Geselson met en regard le destin de son grand-père et le sien, en mêlant réalité et fiction pour mieux soupeser le poids de cet héritage. En Route-Kaddish parle d’un héritage symbolique et politique lourd, celui de l’histoire d’Israël.

Pour découvrir le spectacle

 

Pour toute la famille :« 7 d’un coup », de Catherine Marnas au Théâtre Paris-Villette (Théâtre)
« Catherine Marnas détourne joliment le célèbre conte des frères Grimm tout en lui conservant le merveilleux propre aux histoires de l’enfance.
Il était une fois un petit garçon un peu trop « tout » que l’on appellera Olivier : trop petit, trop malingre, trop maladroit, moqué par des durs à capuches. Et comme si ça ne suffisait pas, même les mouches le harcèlent ! Impossible de manger sa tartine de confiture tranquillement. Excédé, il prend un torchon, frappe et en tue 7. Enchanté de son exploit, il écrit en gros sur son tee-shirt : 7 d’un coup. La suite découle évidemment du malentendu que provoque l’interprétation de ce 7. Il suivra alors un parcours initiatique, un chemin d’émancipation qui l’amènera à devenir maître de son destin et à se débarrasser de son rôle de victime » Pour découvrir le spectacle

 

A écouter – Notre selection de Poadcast audios culturels disponibles cette semaine :

 

Lecture par Fanny Ardant de « « Lettres à Ysé » de Paul Claudel, sur France Culture
« Elle a été la seule femme que j’ai passionnément aimée, celle qui a joué dans ma vie tout le rôle qu’une femme pouvait y jouer. » Paul Claudel à propos de Rosalie Vetch, son amour impossible et sa muse. Enregistrée le 26 Janvier 2019 au Théâtre de la Ville, à l’occasion d’Une journée avec Paul Claudel, une coproduction Théâtre de la Ville et France Culture. Pour découvrir le Podcast

 

 

 

 

« Poèmes à Lou » de Guillaume Apollinaire, lus par Jean-Louis Trintignant et sa fille Marie, en 2003.

Poèmes à Lou est un recueil de poèmes de Guillaume Apollinaire, dédié à Louise de Coligny-Châtillon. Enregistré le 21/05/2003, au théâtre des Amandiers à Nanterre. Dits par Jean-Louis Trintignant et Marie Trintignant, accompagnés par Paul Baile au saxo, et Daniel Mille à l’accordéon. Pour découvrir le Podcast

 

Pour les plus petits (mais aussi les grands!) : « Le Prince heureux » d’Oscar Wilde, Lecture par Michel Aumon
« La statue du Prince heureux, magnifique, recouverte d’or et de pierres précieuses, fait la fierté de la ville. Un jour, une petite hirondelle en route pour l’Egypte, se pose dessus et se fait arroser par des larmes. C’est la misère et le malheur autour de lui qui rendent le Prince si triste. Son amie l’hirondelle va l’aider à adoucir le sort de ses prochains, au risque de sa propre vie. »

Pour découvrir le Podcast

 

 

 

Concert-Fiction « Peter Pan ou le garçon qui ne grandissait pas », accompagné de L’orchestre National de France et la maitrise de Radio France
« Peter Pan est-il un fantôme ? Un enfant du songe ? Les deux ? Oui et….. bien plus encore. »
Adaptation d’Andrew Birkin, Dramaturgie Pauline Thimonnier Avec l’Orchestre national de France et la Maîtrise de Radio France. Pour découvrir le Podcast

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *