Grand Conte Extraordinaire pour Enfants Tristes

Les 23 et 24 Janvier 2020, 10h et 13h30
Séances réservées aux groupes scolaires

Par la Cie JETZT. Lecture/Etape de travail.
Texte et mise en espace de Déborah Banoun.
Jeu : Léo Poulet.
Création lumières : Pierre Peyronnet.

DURÉE : 30 minutes
ÂGE : à partir de 7 ans.

Les enfants Maldelbome perdent leurs parents dans des circonstances tragiques et stupides. Croque-Mort, un personnage sinistre non dénué de cupidité, va malgré lui les accompagner sur le chemin laborieux du deuil. Ce conte moderne raconte avec ironie et tendresse ce moment de perte que tout vivant traverse.

NOTE D'INTENTION

Une légende murmurée à l'oreille, une histoire qui parcourt le vent, c'est ainsi que naissent les contes. Cette histoire je l'ai écrite et conçue à partir de mes souvenirs et de mes lectures d'enfance, elle est le mélange de mes peurs et de nos angoisses, pour eux, pour elle, pour lui. Pour soigner les blessures, pour faire rire et pleurer, ceux qui un jour se sont crus tristes à jamais.  Un spectacle immersif, qui mêle sons, vidéo, narration qui fera frissonner et rire les enfants et les parents...  

Depuis deux ans, je tourne autour de mon sujet sans oser l'aborder. Des sujets tels que la mort, la perte, paraitront de prime abord comme à l'opposé des thématiques que l’on attend des spectacles destinés aux jeunes publics. Pourtant tout adulte qui s'est un peu intéressé aux enfants sait que ce sujet est essentiel à leur construction. Parce que perdre, s'est aller vers la vie, l'autonomie, la conscience de soi et des autres. La cohorte de peurs et d'émotions qui accompagnent ces grands traumatismes sont des marches, des étapes indispensables à la construction psychologique des enfants et des adultes. Il y a quelque chose d’irremplaçable dans cette expérience insoutenable. 

Grand conte extraordinaire pour enfants tristes, en plus de son sujet, est aussi et surtout la rencontre avec un sublime acteur que j'avais vu de nombreuses fois sur scène, avec lequel j'ai immédiatement eu envie de travailler et qui n'a pas quitté une seconde mon épaule pendant tout le processus d'écriture.                                                                                      

Déborah Banoun 

 

DEBORAH BANOUN

Formée au cours Simon où elle obtient un 1er prix de comédie. Riche de cette expérience elle souhaite s'orienter vers la mise en scène. Afin d'asseoir ses connaissances, elle rentre comme stagiaire assistante à la Comédie Française. Elle y rencontre Jean Michel Ribes avec qui elle travaille d'abord en tant qu'assistante à la mise en scène de 2000 à 2001, puis comme collaboratrice artistique de direction au Théâtre du Rond-Point de 2001 à 2005. Elle y rencontre également de nombreux auteurs et metteurs en scène avec lesquels elle collabore, dont William Mesguich, Lionel Spycher, Mohamed Rouabhi, Samuel Benche…
En 2005 elle est une des collaboratrices artistiques de la Cie Jetzt. Elle y crée en partenariat avec des metteurs en scène et des auteurs notamment pour Carnets en Marges avec Nicolas Liautard (2005/06), Fitness avec Jacques De Decker, 7 pieds sous terre avec Lise Martin, créé au Théâtre de la Vieille Grille (2007/08), Kiss db ou l’histoire d’une mort sans fin avec Elise Mc Leod et Lise Martin au Théâtre Essaïon (2009/10). En 2012, elle collabore avec Eric Ruff de la Comédie française sur Peer Gynt, qui se jouera au Grand Palais. Etudiante en Master 2, elle travaille sous la direction de David Lescot, François Rancillac, Daniel Jeannneteau. Elle sortira major de sa promotion en Master mise en scène et dramaturgie à Nanterre. En 2012-2013, elle monte Scapin Projet et Fiction d’Hiver, ses premières mises en scène qu’elle signe seule comme directrice artistique. En 2014, Déborah Banoun se lance dans une adaptation libre avec Anne Seiller de Quai Ouistreham de Florence Aubenas. Elles se lancent alors dans la création d’une pièce-série, comportant 5 épisodes. Les deux premiers épisodes seront créés en 2014 et joués jusqu’en 2016. Elle ouvre en 2016 un lieu culturel et citoyen au cœur de Romainville, tourné vers les valeurs de l’Economie Sociale et Solidaire et la gouvernance participative du citoyen. En 2017, elle travaille sur une adaptation de Yalla ! de Sonia Ristic et sur l’écriture et les répétitions des 3 derniers épisodes du Quai.

 

 

 

LEO POULET

Léo Poulet s'engage d'abord une dizaine d'années dans la pratique du théâtre de l'Opprimé. Cette aventure, avec un collectif ou tous les postes sont partagés (acteurs, metteur en scène, scénographe, ...) l'amène à travailler aux quatre coins du monde. Il rencontre des femmes victimes de violences conjugales, des travailleurs sans papiers, des associations militantes, des syndicats, des jeunes de rue en Guyane, des jeunes en placement judiciaire dans le 93, des troupes indiennes, maliennes, espagnoles, portugaises, croates, martiniquaises...
Puis sa recherche l'amène ailleurs. Vers l'image d'abord. Il joue dans des films pour Kyioshi Kurosawa, Blandine Lenoir, Dominique Rocher, Fabien Gorgeart, Marie Mention Schaar.
Et vers la poésie avec le collectif Jackie Pall Theater Group et La Comète Film. Il joue dans des clips pour Flavien Berger et POOM, participe à une tournée au Chili, et à la création de deux pièces de théâtre : Pendant que les champs brulent et le Bal.
Il vient de réaliser un court métrage chez Elena Films, A ceux qui restent.

PIERRE PEYRONNET

Eclairagiste diplômé de l’ENSATT (Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre) en 1985, il réalise des créations pour le théâtre, l’opéra ou des expositions plastiques. A Bordeaux, sur des mises en scène de Daniel Ogier (Don Carlos) et Jean-Louis Thamin (Tristan et Iseult), à Lausanne avec Patrice Caurier, Moshé Leiser (La Flûte enchantée), à Nantes avec Nouma Sadoul (La Flûte enchantée) ; il collabore avec Matthew Jocelyn à l’Opéra du Rhin sur de très nombreuses créations (La Clémence d’Api, Monsieur Choufleuri), de Paolo Montarsolo (Le Barbier de Séville, L’Elixir d’Amour). Il effectue des éclairages de chacune des mises en scène d’opéra de Claude Montagné dans le cadre du Festival de Sédières depuis 2002. En outre, il travaille régulièrement avec des équipes de théâtre (Cécile Backès, Gilbert Desveaux, Guillaume Lévêque, Géraldine Bourgue, Guy Freixe, Pierre Vial, René Loyon, Catherine Anne, Laurence Mayor…). Au centre Beaubourg, il éclaire l’exposition Samuel Beckett.